La Magie du Dobson

Ca faisait un moment que j'y pensais. J'ai acquis au mois d'août 2012 un Dobson Meade Lightbride 300/1500. Le côté naturaliste basé sur l'observation visuelle me manquait avec toute la technologie à mettre en oeuvre lors de l'astrophotographie.

 

Ce fut une révélation! un bonheur de se retrouver face au ciel, en allant chercher à la main les objets! de ne plus voir passer le temps la nuit, de s'imprégner de l'objet, de le deviner, de le percevoir, de l'apercevoir, de le revoir, de l'interpréter, d'apprécier son contour, sa luminosité, ses couleurs...

 

Le passage au dessin a suivi naturellement.

 

Et puis il y a eu l'attrait du plus gros... et je l'ai revendu en février 2013 pour un 400, le MF-Dobson 16"

 

.....

 

LE DOBSON MEADE LIGHTBRIDGE 12"

 

 

Grâce à une platine à roulements à bille, cet instrument a une fluidité de mouvements extraordinaire.

 

J'ai tout de même réalisé quelques modifications: remplacement des ressorts des vis de réglage du primaire par des ressorts plus durs de marque Bob's Knobs, ce qui a pour effet de pouvoir se passer des vis de blocage et de rendre la collimation du primaire plus confortable!

 

Une autre modification très utile a concerné le réglage du secondaire: remplacement des 3 vis cruciformes par des vis papillon

 

J'ai aussi suivi les conseils donnés dans Article de Ciel et Espace pour éviter les problèmes d'astigmatisme. J'ai enlevé les points de fixation du primaire au scotch double face et je les ai remplacés par des pastilles de téflon. J'ai ensuite rendu solidaires les 3 étriers en les nouant ensemble avec du fil de pêche afin d'éviter qu'ils ne tournent.

 

 

Enfin la mise en place d'un système de graduations en AltAz a été ajouté: graduation de l'azimuth sur le rocker et de la hauteur sur un tourillon. A l'aide d'un pointeur placé sur une languette (en bas à gauche de la photo) on indique l'azimuth zéro lors d'une mise en station sur le norg ou sur la polaire (ou l'azimuth x lors d'une mise en station sur n'importe quelle étoile). Ce système aide énormément pour trouver des objets, en particulier quand le ciel est un peu pollué et qu'on a pas beaucoup de repères. Egalement pour trouver Vénus ou Jupiter en plein jour!

 

 

et puis... je l'ai revendu.

 

 

 

Le Dobson 400

 

 

La nouvelle aventure a commencé le 15 février 2013. Je l’avais commandé chez TS. Deux mois plus tard, il est arrivé en morceaux le 18 avril. Le boîtier contenant primaire n’avait pas résisté à un choc de transport. Mais le miroir était intact. Et le service professionnel de TS m’a renvoyé un boîtier neuf 2 semaines plus tard. 

Alors voici la bête : un MF-Dobson de 400mm de type Serrurier, 1800 de focale et F/D de 4,5. 32 kg de poids total, démontable et transportable en plusieurs pièces, entièrement en bois. Il n’y a que le barillet de métallique et les tubes qui sont en alu. Le boîtier contenant le miroir fait juste 20kg. Impression de bonne facture, deutsche qualität oblige, mais quelques détails de finition à la va-vite. Entièrement manuel et apparemment bien fluide sur ses mouvements, malgré une bonne stabilité et un bon équilibrage, même chargé du gros 26mm 2" et du chercheur. Pas de roulements, les glissements sur le 2 axes se font sur le téflon.

 

caractéristiques du miroir:

 

-- Diamètre ... 405mm / 16"
-- Focale ... 1800mm
-- F/D ... F/4.5
-- Epaisseur ... 45,3mm
-- Poids ... 13kg

-- Matériau...BK7

-- Reflectivity ... 94%

-- Lambda/16

le site MF Dobson

Au zénith l'oculaire est à la hauteur de mon oeil.

 

Coucou, je suis dans le secondaire et il tient sans frein

 

Le porte-filtre à glissière est en option

 

L'ensemble s'emboite pour le transport

 

Avec les tubes et les tourillons très élégants

 

Petite modification réalisée en juin 2013:

 

Du fait du grabuge qui s'était produit au cours du transport, les pastilles autocollantes double face d'origine étaient collées de travers. J'ai tout décollé et remplacé par des pastilles de téflon puis assuré le blocage par des fils de laiton.

 

Le 7 octobre 2014, je passe à Nevers chez Franck Grière pour une évaluation de la qualité du miroir.

Les problèmes rencontrés avec ce miroir GSO industriel sont les suivants: difficulté de grossir, mise au point fine impossible, image empâtée,
fond de ciel clair, diffusion autour des objets brillants notamment des planètes et des nébuleuses planétaires.

Test de Foucault sur le diamètre (2x la focale): au lieu de zones à transitions douces, on aune figure "en chat ébouriffé"


Test d'autocollimation sur le rayon ( à la focale): alos que l'image devrait être uniformément grise on y voit un sillon sur la périphérie à 25% et un plateau central (défaut de forme)
ainsi que des stries rayonnantes: défaut de polissage.

La conclusion est sans appel: défaut de forme et grave défaut de surface!

Un resurfaçage s'impose...

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×